Abbaye Notre Dame des Gardes : sortie Pastorale et Santé du Sacré-Coeur

Pastorale Santé et Solidarités du Sacré-Cœur

Jeudi 18 août 2016 - Sortie à l’abbaye Notre Dame des Gardes Nous sommes un groupe de 30 personnes, pour cette sortie à l’Abbaye Notre Dame des Gardes. Nous arrivons sur place à 14h30 et nous sommes accueillis par Sœur Martine, dans la salle Saint André. Elle nous explique l’historique et le fonctionnement de cette communauté de religieuses.

info document -  voir en grand cette image

L’abbaye Notre Dame des Gardes

On aperçoit l’église Notre-Dame des Gardes de très loin, car c’est le point culminant du département de Maine et Loire. A l’ombre du sanctuaire marial se situe l’Abbaye Notre Dame des Gardes. L’imbrication de l’église et des bâtiments de l’abbaye dit combien l’histoire du pèlerinage et celle de l’abbaye sont intimement liées.

info document -  voir en grand cette image

Comme l’abbaye de Bellefontaine à Bégrolles en Mauges, l’abbaye Notre Dame des Gardes appartient à l’ordre de Citeaux, cet ordre est né au XIIè siècle d’une réforme de l’ordre de Saint Benoît (Bénédictins). La règle de Saint Benoît est toujours la règle de vie des communautés cisterciennes.

C’est en 1818 que les premières sœurs cisterciennes trappistines sont arrivées aux Gardes et se sont installées dans les ruines d’un ancien couvent de chanoines Augustins qui, avant la Révolution, desservaient le pèlerinage marial très ancien et toujours vivant. Le monastère a été construit progressivement au cours du XIXè siècle. L’église monastique, accolée au sanctuaire Notre Dame des Gardes, date de la fin du XIXè siècle.

Entre les treize moniales arrivées en 1818 et les vingt trois d’aujourd’hui, la communauté en a compté jusqu’à cent au cours du XIXè siècle.

En 1960, douze sœurs des Gardes sont parties au Bénin fonder le monastère de l’Étoile Notre Dame, et dix ans plus tard, sept autres partaient fonder le monastère de la Paix-Dieu, à Épandue dans le Gard

Aujourd’hui, comme hier, la communauté partage ses journées, des vigiles à 4h15 aux complies à 19h40, entre la prière liturgique, la lectio divina (lecture priée de la Parole de Dieu), la prière silencieuse et le travail. Celui-ci comprend les tâches domestiques et le travail qui permet à la communauté d’assurer sa subsistance.

Actuellement, la principale activité est la fabrication de gelées, de confitures à l’ancienne et de pâtes de fruits. Environ 70 000 pots par an, qui sont vendus partout en France grâce au réseau « Monastic » Un nouveau magasin, installé en début d’été 2006 dans le bâtiment le plus ancien du monastère, présente les produits de l’Abbaye et ceux de nombreux autres monastères, ainsi qu’un large rayon de librairie, cartes et articles religieux. Communauté monastique, les sœurs des Gardes accueillent dans leur « hôtellerie » des personnes qui désirent vivre un temps personnel de ressourcement, de retraite, dans l’atmosphère silencieuse du monastère, ainsi que des groupes qui viennent pour plusieurs jours de récollection, un week-end ou une journée de temps fort. C’est le désir de mieux accueillir tous ceux qui souhaitent participer à leur prière qui les a amenées à entreprendre, en 2005-2006, un gros chantier de rénovation et de transformation de leur église. Heures des offices tous les jours : Laudes à 7h (6h15 le dimanche), Messe à 7h25 (9h le dimanche), Sexte à 12h15, None à 14h15, Vêpres à 18h00 et Complies à 19h40. Après avoir posé quelques questions à sœur Martine sur la vie de la communauté et sur le pèlerinage des Gardes, nous partons pour une visite du sanctuaire marial.

info document -  voir en grand cette image

Après cette visite, nous passons par le magasin pour acheter quelques souvenirs et des confitures, puis nous revenons à la salle Saint André pour un goûter. Soeur Martine nous montre la statue de « Notre Dame qui Marche », qui habituellement se trouve dans le cloître de sœurs.

Puis nous prenons la direction de la chapelle des sœurs pour participer, à 18h, aux vêpres avec la communauté des sœurs.

info document -  voir en grand cette image

Nous sommes de retour à Cholet vers 19h.