Accueil des reliques de Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus

Accueil des reliques des Saints Louis et Zélie Martin et de Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus et de la Sainte Face du 13 Mars au 26 Mars 2017 dans le diocèse d’Angers : Le Marillais, Pouancé, Combré, Segré, Le Lion d’Angers, Bécon, Beaupréau, Cholet église Notre-Dame le mercredi 22 Mars avec Mgr DELMAS à 12h15 pour la messe.

Accueil des reliques de Sainte-Thérèse de l’enfant Jésus et de la Sainte Face et des saints Louis et Zélie Martin le mercredi 22 mars 2017 dès 9h30 église notre dame de Cholet

Un rappel historique et théologique

Sens des reliques

« Celui qui est affectionné pour quelqu’un vénère aussi les choses que cette personne a laissées d’elle-même après sa mort » dit simplement saint Thomas d’Aquin (†1274). Comme d’habitude la théologie part de l’expérience humaine la plus simple et spontanée. Quand vous regardez le collier que portait votre grand-mère ou le missel dont elle se servait, ce n’est pas au collier ou au missel que va votre affection, mais à votre grand-mère que ces objets vous rappellent. Vous vous souvenez alors de sa bonté et de sa foi, des bons conseils qu’elle vous a prodigués et vous rendez grâce à Dieu de vous avoir donné une telle grand-mère. C’est dans ce comportement humain tout à fait naturel que s’enracine le culte des reliques. Si nous conservons des vêtements ou des objets de nos aïeux, à bien plus forte raison devons-nous vénérer le corps d’un saint qui fut le membre de Jésus Christ, le temple et l’instrument de l’Esprit-Saint et qui est promis à l’éternelle résurrection. Site CEF Conférence des évêques de France

Persécutions et la vie de l’Église

Avec les persécutions, les chrétiens prennent soin des corps déchirés des témoins de la foi. Ils leur assurent non seulement une sépulture digne mais les prient, rendent grâce à Dieu pour leur vie donnée et gardent précieusement leurs paroles, leurs actes, des objets, des ossements.

Tout au long de l’histoire de l’Église, les chrétiens vont poursuivre leur reconnaissance envers tous ceux qui donnent un témoignage de foi. L’Église va reconnaître leurs vertus évangéliques, recueillir leurs paroles et leurs actes comme autant de lumières pour guider la vie des chrétiens des générations futures. C’est la naissance des déclarations de Sainteté. En honorant les saints, l’Église va rendre grâce pour l’action de l’Esprit Saint dans leur vie. Très vite, pour devenir saint, des actes particuliers, des miracles, seront recherchés pour attester que leur vie, leurs prières soutiendront le pèlerinage des chrétiens vers la Maison de Dieu. Pour Louis et Zélie Martin, l’Église retiendra la guérison de Pietro, un enfant, en 2002, en Italie, à la suite d’une neuvaine de prière. Puis, la reconnaissance de la guérison, en 2008, de Carmen, une grande prématurée en Espagne, après une neuvaine de prière.

Certains excès au moyen âge avec des transferts, plus ou moins authentiques de reliques, se multiplieront, prolongés par les guerres de religions avec des destructions importantes de sépultures. On peut dire que parfois la piété non ajustée des reliques et le fétichisme seront dommageables au culte des reliques, et des Saints.

Le Concile VATICAN II souligne à nouveau ce culte.

Dans le Catéchisme de l’Église catholique pour les jeunes, on reconnaît que « vénérer des reliques relève d’un besoin que les hommes ont naturellement de témoigner respect et dévotion à certains saints. On vénère convenablement les reliques des saints, si, dans le don de leur vie à Dieu, on loue l’action de Dieu lui-même. » (Youcat, n°275). « Les reliques nous conduisent à Dieu lui-même : en effet, c’est Lui qui, par la force de sa grâce, donne à des êtres fragiles le courage d’être ses témoins devant le monde. En nous invitant à vénérer les restes mortels des martyrs et des saints, l’Église n’oublie pas qu’il s’agit certes de pauvres ossements humains, mais d’ossements qui appartenaient à des personnes visitées par la puissance transcendante de Dieu. Les reliques des saints sont des traces de la présence invisible mais réelle qui illumine les ténèbres du monde, manifestant que le règne de Dieu est au-dedans de nous. Elles crient avec nous et pour nous : « Maranatha » – Viens Seigneur Jésus. » Benoît XVI, discours aux Jeunes des JMJ de Cologne 20 août 200.

Nous accueillerons les reliques à Notre Dame de Cholet, le mercredi 22 mars 2017, au milieu du carême, avec une messe à 12h15 en présence de Mgr DELMAS, vêpres à 18h15, une veillée de prière à 20h30 avec la communauté de l’Emmanuel, un relais de prières toute la nuit de 30 minutes en 30 minutes, planning au secrétariat du presbytère et une messe le jeudi matin à 7h45 avant le départ des reliquaires.

Un coffre pourra recevoir vos intentions de prière, les jours précédents (penser aux résidents des EHPAD, les malades, etc…..). Elles seront confiées aux carmélites de Lisieux.