Le progrès en médecine

Soirée Ethique Foi et Santé St François du 7 décembre 2016
Ethique foi et santé à l’école de Saint François
Année 2016-2017
« Le progrès est-il toujours un bien ? »







7 décembre 2016 - 2e volet :
Le progrès en médecine

(Catherine Radet)


I. Introduction

Chaque jour ou presque, la presse grand public annonce une découverte susceptible de « révolutionner » tel ou tel domaine de la médecine ou du soin. Les titres qui l’accompagnent sont évocateurs : « Un grand pas », « Une avancée déterminante », « Un nouvel espoir pour les malades », etc. Les médias ne manquent pas de chercher à marquer les esprits. Il est vrai qu’au-delà de l’effet d’annonce dont raffolent les journaux et le public, la médecine a réellement fait des progrès spectaculaires depuis un siècle, exponentiels depuis ces 3 dernières décennies. Mais au fond, qu’est-ce que le progrès ? Quel est l’état d’esprit, autrement dit dans quel but ces recherches sont-elles menées ?

Le progrès nous renvoie à un changement d’état, un passage d’un avant à un après qui doit être un mieux. Sinon c’est une régression. Le progrès est toujours relatif à quelque chose. Il donne l’idée de croissance, d’avancée, d’augmentation etc. mais de qui de quoi ? Par exemple, est-ce que les smartphones font progresser la relation ? L’ordinateur l’intelligence ? Le cinéma l’imagination ? La technologie n’est pas forcément synonyme de progrès. Elle devrait être considéré plutôt comme un moyen de progresser, or elle est parfois, (souvent ?), confondue avec le but. Elle s’interpose dans nos relations, décisions et actions. Elle devient la source de l’espérance et est idolâtrée. La vie de St François nous procure un souffle plus que jamais d’actualité dans cette piste de réflexion car ce modèle de sainteté montre comment la progression du cheminement de l’âme s’est faite par un dépouillement des choses modernes de son temps. Avec des matériaux identiques, en effet, on fait des traitements ou des armes, de l’énergie ou des bombes etc. Ce n’est pas le progrès qui fait l’homme mais l’homme, ou mieux le cœur de l’homme, qui fait le progrès !

En médecine, les progrès sont très nombreux, et résultent plus de la somme des connaissances de multiples domaines et sciences combinées ensemble que d’une ou quelques découvertes spectaculaires, comme autrefois la pénicilline par exemple. Il est bien difficile de faire le bilan des découvertes les plus marquantes des 10 dernières années, certains s’y sont risqués de manière objective comme Pierre Corvol et Nicolas Postel-Vinay . Les soignants, en première ligne d’un profond changement d’approche du patient, sont de plus en plus tiraillés  : comment concilier la course en avant du savoir technologique pour rester à la pointe du progrès et leur vocation à préserver l’humanité de leur soin ?

Le but de cette soirée n’est pas de faire un nouvel état des lieux mais d’aiguiser notre regard sur les finalités de la recherche, des progrès déjà constatés dans notre propre domaine de compétence pour mieux en discerner leurs atouts, limites et dangers et surtout découvrir ensemble quel est le Bien vers lequel l’homme est invité a progressé.

Pour lire la suite :

Le progrès en médecine -  PDF - 862.1 ko
Le progrès en médecine