Hospitalité Monfortaine

Secteur Cholet
Yves Landreau 5 rue Hubert Eitel 49300 CHOLET Tél. : 02 41 62 54 50

En savoir plus : site sur le pèlerinage montfortain et son hospitalité

nous découvrir en vidéo

LELERINAGE MONTFORTAIN à Lourdes

Ce pèlerinage, appelé encore « Le National du Printemps » regroupe chaque année, fin avril, environ 7000 pèlerins dont 700 malades venus des 26 centres régionaux implantés en France. Le centre régional de CHOLET emmène, pour sa part, en train et en car plus de 700 pèlerins dont 70 à 80 malades. Les inscriptions s’effectuent, à compter du 15 janvier, auprès de : M & Mme YVES LANDREAU 5 rue Hubert Eitel 49300 CHOLET Tél. : 02 41 62 54 50 ou encore au secrétariat du centre, 49 rue du Commerce à LA PLAINE Tél : 02.41.55.92.29

Pour mieux comprendre le Pèlerinage Montfortain

1 -Le bon Père de Montfort

C’était au temps de Louis XIV. Un prêtre allait de paroisse en paroisse, appelant les peuples à venir écouter la parole de Dieu, leur expliquant en tableaux illustrés les mystères chrétiens, les faisant méditer l’Évangile sur les grains du rosaire, les organisant en processions priantes, les entraînant par des cantiques chantés sur des airs modernes. Les gens auraient pu regimber devant cette sorte de prophète qui secouait assez rudement leurs routines . Pourtant presque tous voulaient répondre à la voix de ce missionnaire qu’on appelait : « le bon Père de Montfort ». Né à Montfort, près de Rennes, en 1673, Louis-Marie Grignon, dit Montfort, avait hérité d’une force et d’une flamme singulières. De Paris où il avait été ordonné prêtre en 1700, le voici à Nantes, puis à Poitiers. Après un voyage à Rome pour demander au Pape d’éclairer sa route, on le trouve à Rennes, puis dans les diocèses de St Brieuc, de St Malo, de Nantes, de Luçon , de la Rochelle sans compter plusieurs voyages à Paris. A Poitiers, en 1701, Monsieur Grignon s’était spécialisé parmi les pauvres de l’hôpital, les mendiants, les habitants des bas quartiers, au point que ces petites gens réclamaient celui qui aime tant les pauvres. Toute sa vie il travaillera de préférence parmi les catégories sociales les moins favorisées, dans les faubourgs plus populeux, sur les campagnes les moins ferventes.


Le secret de cette vie missionnaire, par certains cotés déroutante, c’est bien Jésus-Christ. Dans les épreuves multiples qui traversèrent sa vie comme à travers tous les événements, il cherchait à lire les signes de la Providence. Dans ses oraisons prolongées, il demandait la divine Sagesse qui n’est autre que Jésus-Christ. Pour mieux s’identifier à son Seigneur, il s’était consacré de façon toute spéciale à la Vierge Marie, il vivait dans une intimité toute spéciale avec elle : « Plus vous regarderez Marie dans vos oraisons, contemplations, actions et souffrances, disait-il, plus parfaitement vous trouverez Jésus-Christ. » Lorsque ce prêtre tombera, à 43 ans, en 1716, à St Laurent-sur-Sèvre, usé jusqu’à la corde, il n’aura travaillé que dans quelques régions de l’ouest de la France. Lui qui rêvait d’aller porter l’Évangile jusqu’aux missions des Indes ou du Canada. Il laissait toutefois des écrits qui condensaient ce que lui-même avait vécu : L’Amour de la Sagesse éternelle Le Secret de Marie La Lettre aux Amis de la Croix Le Traité de la Vraie Dévotion à la Ste Vierge

Aujourd’hui, à travers le monde entier, les Pères et Frères Montfortains, les Frères de St Gabriel, les Filles de la Sagesse, des groupes spirituels cherchent à vivre l’Évangile selon le visage qu’en a donné Saint Louis-Marie de Montfort.

2 - Historique du pèlerinage Montfortain

Le 20 Juillet 1947, la canonisation de saint Louis-Marie de Montfort est proclamée à Rome par le Pape Pie XII. Le 7 Octobre, à l’occasion du 39e pèlerinage du Rosaire, Mgr Théas, évêque de Tarbes et Lourdes, reçoit solennellement la chasse contenant les reliques du Père de Montfort. La spiritualité mariale montfortaine était ainsi appelée à prendre place dans les pèlerinages.

Dans la « foulée » missionnaire du Père de Montfort, et dans le courant spirituel de l’année Mariale de 1949, le Père Riboulleau, missionnaire de la maison de Cholet puis Directeur de la revue Le Règne de Jésus par Marie, fonde le « Montfortain ». Le 25 avril 1949 le premier et unique train démarre de Lorient. Le lendemain, 1100 pèlerins dont 167 malades sont accueillis à la Grotte par le Recteur des Sanctuaires, animés par le zèle infatigable du Père Riboulleau.

D’année en année, le Pèlerinage Montfortain s’organise et s’implante en 27 centres régionaux. La mission du Pèlerinage Montfortain continue aujourd’hui entraînant chaque année environ 7.000 pèlerins auxquels se joint fraternellement depuis quelques années le Pèlerinage diocésain de Chalons sur Marne.

Le Lien Montfortain propose aux Jeunes de 16 à 30 ans une démarche partagée avec les hospitaliers (ères), malades et pèlerins, pour vivre intensément, sous le regard de Marie, une semaine riche d’émotion, de signes d’Espérance et de Fraternité au cours de ce pèlerinage.

Documents à télécharger